MARS BLEU : TOUS UNIS CONTRE LE CANCER DU CÔLON

MARS BLEU : TOUS UNIS CONTRE LE CANCER DU CÔLON

Chaque année, le cancer colorectal touche 42 000 nouveaux cas. Il est donc un des cancers les plus fréquents mais aussi le 2ème plus meurtrier tous sexes confondus. 

Le pronostic est lié au stade de développement du cancer : plus le cancer est petit et circonscrit, plus le traitement est simple et plus grandes sont les chances de guérisons.

Mars Bleu, mois de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal, permet de sensibiliser le grand public et les professionnels au dépistage.

Car, dépisté à temps, le cancer colorectal se guérit dans 9 cas sur 10. Cependant, moins d'un tiers des français participe à ce dépistage, contrairement à d'autres pays (Pays-Bas : 71%, Ecosse : 68%, Italie : 48%).

 

Origine et développement

Certaines habitudes de vie augmentent le risque de développer un cancer colorectal : inactivité physique, alimentation trop riche ou pauvre en légumes et fruits, surpods, consommation d'alcool et de tabac.

Rare avant 50 ans, la fréquence du cancer colorectal double à chaque décennie. Les premiers signes évocateurs peuvent être la présence de sang dans les selles, des troubles du transit (constipation, diarrhées), la survenue de douleurs abdominales et, plus rarement, une augmentation de l'abdomen ou un amaigrissement inexpliqué. 

 

Traitement

Plusieurs types de traitements sont utilisés. Le choix se fait de manière concerté lors d'une réunion de concertation pluridisciplinaire entre plusieurs médecins. L'ablation lors d'une coloscopie d'un polype porteur d'un cancer superficiel peut dans les cas les plus simples constituer le seul traitement.

La chirurgie et les les traitements médicamenteux (chimiothérapies conventionnelles et/ou thérapies ciblées) sont les principaux traitements. Ils peuvent être utilisées seuls ou associés les uns aux autres. Le choix des traitements est adapté à chaque cas personnel (âge, antécédents médicaux et chirurgicaux, etc.).

 

Qui est concerné par le dépistage du cancer colorectal ? 

Le programme de dépistage organisé du cancer colorectal s'adresse à toute personne de 50 à 74 ans, en bonne santé et sans antécédents familiaux.

 

Quels sont les examens ?

Les polypes et les cancers peuvent saigner de façon intermittente. Le test de dépistage permet de repérer ce sang occulte (c'est-à-dire non visible à l'oeil nu) dans les selles et de prouver la présence d'un polype.

Depuis le mois d'avril 2015, le programme national de dépistage organisé propose un nouveau test : le test immunologique fécal. Ce test repose sur la détection de présence d'hémoglobine humaine dans les selles grâces à l'utilisation d'anticorps spécifiques.

Non seulement plus performant que le précédent test, il est surtout plus simple et plus facile à réaliser.

 

Comment ça se passe ? 

Voici un schéma récapitulatif du dépistage organisé par le Centre Régional de Coordination Des Cancers.

>> N'hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre médecin traitant. Le test et son analyse sont pris en charge à 100%, sans avance de frais de votre part.

La consultation chez votre médecin traitant est prise en charge dans les conditions habituelles par votre caisse d'assurance maladie et votre complémentaire santé, de même que la coloscopie en cas de test positif.

Pour plus d'informations sur le dépistage du cancer colorectal : cliquez ici.