Troubles du rythme circadien

Les troubles du rythme circadien 

Il existe, dans le cerveau, une horloge biologique qui contrôle de nombreux rythmes dont le rythme veille-sommeil. Ces rythmes sont qualifiés de circadiens car réglés sur une journée de 24h.

On compte, par exemple, le rythme de la température interne et de nombreux rythmes hormonaux (cortisol, mélatonine, hormone de croissance etc…).

Pour la plupart des personnes, cette horloge est bien réglée sur 24 heures grâce à des synchroniseurs comme l’alternance lumière-obscurité de la journée, l’alimentation ou les habitudes de vie ou de travail.

 

Dans certaines situations, l’horloge biologique se dérègle. On peut alors définir plusieurs troubles :

- Le syndrome d’avance de phase

C’est un dérèglement fréquent chez les personnes âgées qui se traduit par un besoin irrésistible de sommeil tôt dans la soirée, vers 20 heures ou 21 heures, associé à un réveil tôt le matin, avec une impossibilité de se rendormir

 

- Le syndrome de retard de phase

La personne est très en forme le soir et a de grandes difficultés à s’endormir avec parfois un sommeil qui ne vient pas avant 1 ou 2 heures du matin. Le réveil est aussi très difficile avec de grandes difficultés à se réveiller le week-end ou pendant les vacances. Le retard de phase est très fréquent chez les jeunes adultes et les adolescents. Hormis des facteurs génétiques qui exposent à ce syndrome, d’autres facteurs de risques sont clairement identifiés comme l’exposition excessive aux écrans le soir.

 

- Le Jet Lag ou syndrome du décalage horaire

Il s’agit d’une perturbation du rythme veille-sommeil suite à un voyage avec changement de fuseaux horaires. Pour que l’horloge biologique s’adapte au nouvel horaire, il faut en moyenne un jour par heure de décalage pour se repositionner normalement. Le décalage vers l’ouest est plus facile à tolérer que le décalage vers l’est. 

 

- Le travail de nuit et travail à horaires décalés (les 3×8) sont également des perturbateurs de l’horloge biologique.

 

- Les non-voyants présentent parfois aussi un « rythme en libre cours » ou encore appelé « rythme différent de 24h » par manque de synchronisation de l’horloge biologique par la lumière.