INFO SANTE

Vous venez d’accoucher, cela représente l’événement le plus important pour vous, plus rien d’autre ne compte. Cependant, n’oubliez pas de penser aussi à vous ! Entretien avec Hélène, sage-femme à la Polyclinique St-Jean, qui vous apporte ses précieux conseils et astuces pour être en forme après avoir donné la vie.   Si vous aviez 3 mots pour décrire ce que la femme doit privilégier pour son bien-être après l’accouchement, lesquels seraient-ce ? REPOS – TEMPS – ECOUTE Faire ce que son corps et son esprit réclament, c’est cela le plus important ! Accepter de se reposer, de prendre du temps pour soi n’est pas une mince affaire après avoir donné la vie, cependant, cela est nécessaire pour que la maman puisse retrouver la forme au plus vite et avoir un maximum d’énergie.   Quels examens cliniques sont indispensables pour accompagner la nouvelle maman sur son état de santé après avoir accouché ? Pendant le séjour en maternité, la nouvelle maman fait l’objet d’un examen clinique quotidien de la part de la sage-femme. Celle-ci surveille sa température pour dépister rapidement une éventuelle infection (urinaire, utérine ou des cicatrices), son pouls et sa pression artérielle. Elle observe la muqueuse conjonctive de ses yeux à la recherche de signes d’anémie et examine les éventuelles cicatrices de césarienne ou d’épisiotomie. Elle effectue également un examen clinique de l’utérus, des seins et des jambes. De plus, quelques jours après la sortie, une sage-femme vient effectuer quelques examens supplémentaires : examen de l’utérus, de la montée de lait si allaitement, des cicatrices… mais aussi dépistage de signes du baby-blues, de dépression post-partum, la sage-femme est là pour discuter avec la maman et détecter tout signe de mal-être.  Enfin, la rééducation du périnée ainsi qu’un rendez-vous « check-up » chez le gynécologue seront indispensables quelques semaines après, afin de voir si tout va bien.   En cas de doute sur son état de santé, vers quelles personnes peut-elle se tourner ? Sage-femme, centre de protection maternelle et infantile, conseillère en lactation, pédiatre, gynécologue, aide à domicile… en fonction du symptôme détecté, il est important de faire appel à l’une de ces aides, et le plus rapidement possible.   Quels conseils peut-on donner à une jeune maman afin de retrouver la forme rapidement ? Reprendre une activité physique tranquillement après avoir fait la rééducation du périnée (marche, yoga, course, natation, …) Manger des repas variés et équilibrés Eviter la (sur)consommation de thé, café, sodas, alcool ou tabac… surtout en cas d’allaitement Boire beaucoup d’eau  (entre 1,5l et 2l d’eau par jour) et de tisanes afin de rester bien hydratée Faire des siestes en essayant de suivre le rythme de bébé afin de ne pas accumuler trop de fatigue Ne pas hésiter à demander de l’aide et du soutien à l’entourage proche, si besoin   La Polyclinique a ouvert un espace « tisanerie » dédié aux femmes venant à la maternité pour accoucher.  Peut-on en savoir un peu plus sur cette initiative et sur les vertus  des différentes tisanes qui sont mises à disposition ? L’espace tisanerie est un espace consacré au calme et au bien-être des femmes enceintes ou venant d’accoucher. Un espace joliment décoré situé au cœur de la maternité, un véritable cocon dans l’esprit « comme à la maison », où mesdames peuvent feuilleter des livres tout en  dégustant des tisanes qui contiennent de nombreux bienfaits pour le corps et l’esprit. Entre autres, ces tisanes sont composées : De fenouil : Son action apaisante en cas de problème de digestion est particulièrement appréciable pendant ces neufs mois durant lesquels le système digestif et donc le transit sont soumis à rude épreuve. De plus, le fenouil est un véritable allié en cas d’allaitement car il favorise la production de lait ! De camomille : Efficace contre les insomnies et les problèmes digestifs. De mélisse : Douce et citronnée, elle est la plante par excellence qui soulage les brûlures d’estomac de fin de grossesse. De verveine et de framboise : Elles préparent l’utérus à l’accouchement et sont de très bons anti-stress. La tisanerie de la maternité est donc l’espace idéal pour prendre soin de soi avant ou après l’accouchement. Et cerise sur le gâteau, à leur arrivée en maternité, les patientes peuvent déguster leurs tisanes et repartir avec un joli mug en céramique offert par la Polyclinique !   Prendre soin de soi après l’accouchement n’est donc plus une option ! Nous espérons que cet article vous a été utile.   => Retrouvez tous nos spécialistes de santé sur l’annuaire : http://www.polesantesaintjean.fr/annuaire                       
LE SAVIEZ-VOUS ? UNE SAGE-FEMME PEUT ASSURER VOTRE SUIVI GYNÉCOLOGIQUE. Si vous êtes en bonne santé, la sage-femme peut réaliser votre suivi gynécologique de prévention. Quel que soit votre âge, vous pouvez consulter une sage-femme, que vous ayez eu ou non des enfants.    SUIVI GYNÉCOLOGIQUE Consultation gynécologique de prévention avec un examen clinique complet (général et gynécologique). Dépistage des maladies sexuellement transmissibles. Prescription des bilans biologiques ou d’imagerie. Prise en charge de certaines affections gynécologiques de gravité modérée (mycoses,…). Réalisation des frottis cervico-vaginaux et prélèvements vaginaux. CONTRACEPTION Prescription de l’ensemble des moyens contraceptifs, à savoir : Les contraceptifs locaux et hormonaux y compris la contraception d’urgence. Les contraceptifs intra-utérins, les diaphragmes et les capes. Ces prescriptions peuvent concerner les patientes mineures avec au préalable, le consentement des titulaires de l’autorité parentale. Les sages-femmes peuvent également assurer : La pose, la surveillance et le retrait du diaphragme ou de la cape. L’insertion, la surveillance et le retrait de contraceptifs intra-utérins. GROSSESSE Déclaration de grossesse et suivi jusqu’à l’accouchement. Préparation à l’accouchement et à la parentalité. Prescription des vaccins de la femme, de son entourage et de son enfant. Prescription des substituts nicotiniques de la femme et de son entourage proche pour le sevrage tabagique. Rééducation du périnée.